Jordan Peterson en français: L’importance fondamentale de la liberté d’expression

Transcript ci-dessous:

Merci beaucoup. Merci Barbara,
Et merci à tous, pour m’avoir invité et aussi pour être présents.
alors…
Je vais essayer de faire quelque chose de très difficile
ce soir.
Je vais essayer de mettre l’idée de la liberté d’expression dans le contexte historique le plus large possible.
D’abord un commentaire: Vous savez, nous avons cette idée intrinsèque aux droits de l’homme que tous les droits se valent en quelque sorte.
Mais ça ne se peut pas parce que un droit peut entrer en conflit avec un autre.
Et quand les choses entrent en conflit, elles doivent être hiérarchisées.
Donc cela signifie qu’il doit y avoir une hiérarchie de droits tout comme il y a une hiérarchie de responsabilités et il nous appartient de déterminer la nature de cette hiérarchie et de déterminer également qu’est ce qui forme…, disons le droit souverain.
Vous pourriez penser que c’est une problématique moderne qui ne concerne que les pays qui ont formalisés les droits de l’homme par exemple,
Mais pas du tout, c’est un incroyablement vieux problème.
Car il n’a pas de différence entre déterminer la hiérarchie de vos droits et déterminer comment réussir à vivre ensemble, c’est exactement le même problème.
L’un est juste exprimé sous une forme juridique.
Et le problème de savoir comment vivre ensemble de la façon la plus productive qui soit, tout bien considéré, est aussi vieux que l’humanité.
En fait, je dirais même plus vieux que ça parce que le même problème tourmente les animaux sociaux
jusqu’à loin dans la chaîne phylogénétique. C’est un problème incroyablement ancien.
il y a longtemps, quand j’ai commencé à penser sérieusement
J’essayais de m’intéresser à ce que j’ai plus tard identifié comme un problème postmoderne.
Et
ce problème c’était…
C’était à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt, quand la guerre froide battait son plein, parce qu’elle a culminé en (62) soixante-deux puis vers (84) quatre-vingts quatre.
Et à cette époque, les gens était terrifiés par l’issue possible de cette guerre froide, et pour de bonne raisons.
Et j’étais curieux à ce sujet, j’étais extrêmement curieux. Ça m’obsédait, je ne pouvais pas comprendre deux choses.
Je ne pouvais pas comprendre pourquoi le monde s’était divisé en deux visions opposés.
Pourquoi cela a pu se passer
Et aussi pourquoi ces deux visions étaient si importantes pour les gens.
Au point de vouloir s’armer jusqu’aux dent et au delà.
Et de risquer une annihilation mutuelle massive pour résoudre le conflit entre deux façons de voir le monde.
Et j’étais curieux, ma première question c’était : « Est-là les deux seuls façons de voir le monde? »
Parce qu’on pourrait penser : « Il y a une infinité de façon de vivre dans le monde ».
C’est une idée de relativisme moral et il y a évidemment du vrai là dedans puisque les gens ont différentes professions, qu’ils ont différents attitudes etc…
Ils différent dans leurs opinons politiques aussi donc évidement il y a beaucoup de façons de prospérer dans le monde.
Et donc une certaine latitude est nécessaire vis à vis de ce qui constitue votre axiomes fondamental.
Mais il y a une question plus profonde et c’est une question vraiment profonde.
Je pense réellement que c’est la question à la base de la problématique postmoderne qui est : Y’a-t-il ou non une sorte de méta-facon-de-penser, disons une façon de penser primordiale qui pourrait unifier les gens d’une façon fondamentale.
Et donc j’étais curieux : « Est ce que ces deux façons arbitraires de voir le monde étaient autant valable l’une que l’autre et nous nous serions battus parce que nous ne le savions pas et qu’il n’y avait pas d’autre façon de les confronter ou
Ou y avait-il quelque chose de plus profond en jeu, était-ce possible que l’un ou l’autre de ces systèmes soit fondamentalement correct ?
Et je pense, je le pense sincèrement, que j’ai abordé ce thème et ces questions,
avec un esprit aussi ouvert que possible parce que je voulais vraiment trouver la réponse,
parce que, bon, il me semblait que la question fondamentale pour laquelle on a disputé toute une guerre froide à son propos devait être LA question fondamentale. C’était la question sur laquelle tous les esprits devaient être concentrés.
Alors j’ai commencé à étudier en profondeur cette question précise.
La première question était « De quoi sont fait les convictions ? » Qu’est ce que c’est exactement ?
De quoi on parle quand on parle de convictions ? Qu’est ce que ça signifie d’avoir des convictions ?
Comment se structurent-elles ?
C’était donc une question psychologique plutôt qu’une question politique ou économique
et ça m’a prit a longtemps à comprendre
parce que je ne savais pas si la question fondamentale serait sociologique
ou politique
ou économique
ou psychologique
et elle s’est avérée être psychologique et peut-être aussi spirituelle, c’est une autre façon d’y réfléchir.
Et
Si on pouvait décortiquer une conviction, qu’est ce qui constituerait une conviction plausible? Qu’est ce que ça signifie qu’une conviction soit plausible. Je peux vous donner une bribe de réponse à ce propos que j’ai apprise de Jean Piaget le psychologue du développement.
Brillant ! Un théoricien brillant.
Un vrai génie.
Il s’est intéressé à la façon dont les enfants organisent leurs jeux.
Et il voyait l’organisation des jeux par les enfants comme précurseur des interactions entre adultes.
Et il a a fait des observations vraiment intéressants sur les jeux
spécialement quand les enfants jouent à « faire semblant ». Ce sont des jeux qui son pas mal sophistiqués parce les enfants y jouent ensemble et ce qu’ils font c’est
qu’ils jouent une simulation du réel, ils peuvent jouer à papa et maman par exemple et se réunissent et distribuent les rôles à chacun.
Ensuite ils jouent tous leurs rôles et ils font cela pour simuler quelque chose d’important auquel ils devront s’adapter plus tard.
Piaget a observé plusieurs choses. Il a remarqué que
Les enfants qui jouent peuvent jouer en groupe ho merci beaucoup ils peuvent jouer un jeu en groupe
mais si vous les sortez du groupe et vous leur demandez quels sont les règles du jeu, ils ne savent pas.
Ils ne peuvent pas formuler les règles du jeu
Pourtant si vous les mettez ensemble, ils peuvent jouer au jeu.
Et je me suis dit : «Ho c’est exactement comme les adultes »
Vous voyez parce que…
Parce qu’on aurait pas besoin de psychologue sinon! Nous serions déjà tous transparent vis à vis de nous même.
Donc ça signifie que quand on se réuni et quand on jouent un jeu comme celui que nous jouons dans cette pièce par exemple
nous pouvons tous jouer le jeu quand nous sommes ensemble
Mais si on nous amenait dehors et qu’on nous demandait « Alors, c’est quoi les règles ? » nous serions incapable de les formuler
Alors je me suis dit « Ca veut dire que ces règles ont évolué, dans le sens premier, elles ont évolué dans une compétition comportementale.
Et j’ai pensé : « Ca ressemble beaucoup à ce qui se passe chez les animaux »
Si vous regardez comment un groupe de chimpanzés est organisée, ou une meute de loups ou n’importe quel groupe d’animaux sociaux jusqu’à loin dans la chaîne phylogénétique
ils doivent interagir les uns avec les autres de manière à favoriser la survie du groupe
parce que sinon ils meurent tous évidement donc ça sert les individus dans le groupe tout en leur offrant à chacun une certaine liberté d’action.
donc il y a un ensemble de règles implicites qui régissent la manière dont les créatures interagissent.
ou sinon elles ne survivent pas
Et Piaget et aussi arrivé à la même conclusion concernant les jeux d’enfants
Et c’est là qu’il a fait une distinction qui est tellement cruciale parce que Piaget était en fait intéressé à combler le fossé entre la science et la religion. C’était sa motivation fondamentale.
bien que très peu de personnes savent ça. Il était motivé à combler le fossé entre la science et l’éthique.
et il s’intéressait à comment l’éthique évolue en un concept
puis en quelque chose qui soit applicable pratiquement. Et il a fait des remarques très intéressantes au sujet des jeux
Il a dit « Bon, qu’est ce qui constitue un bon jeu ?»
Et bien une règle serait
que tout le monde joue de son plein gré
ce serait un très bon jeu ! Et il a fait une autre affirmation qui était plutôt cool et qui était
imaginez que vous avez un jeu A et un jeu B qui sont en compétition
pour atteindre un but
dans le jeu B, les gens seraient forcés de jouer et dans le jeu A, les gens joueraient de leur plein gré
et vous suivez leur résultats au fil du temps quant à leurs avantages compétitifs
Le jeu où les gens joueraient de leur plein gré gagnerait parce que les joueurs n’auraient pas à gaspiller des efforts pour faire appliquer les règles.
Et j’ai pensé « oh mon Dieu, c’est tellement brillant » C’est brillant parce que on peut y voir l’émergence d’une éthique.
Et pas une éthique qui serait construite rationnellement, En fait, c’est une éthique qui naît de bas en haut.
Le philosophe Friedrich Nietzsche a aussi montré que notre éthique était née de la base vers le haut.
Ça n’a pas été rationnel, ça ne venait pas du haut vers le bas, ce n’était pas une illumination, bien que les lumières ont pu codifier cela
en tant que partie d’un processus de codification qui s’est passé sur une très longue période de temps
Et donc.. Et j’ai lu d’autres choses par exemple sur la façon dont les animaux organisent leurs groupes
Ca c’était plus tard mais c’est pertinent pour notre sujet d’aujourd’hui
Le primatologue Frans de Waal par exemple a cherché à comprendre ce qui maintenait les groupes de chimpanzés stables au fil du temps
Et vous savez, on s’imagine que les groupes de chimpanzés sont menés par le plus dominant et le plus puissant des mâles, que le plus agressif cruel et tyrannique des chimpanzés domine.
Mais ce n’est pas ce que Frans de Waal a découvert.
Ce qu’il a découvert c’est que ce genre de groupe de chimpanzés ont des meneurs qui finissent leur vie très violemment.
parce que le singe numéro 1 peut bien être très tyrannique, deux singes moins forts peuvent quand même le battre.
et ils le font. Les chimpanzés sont incroyablement brutaux et très très fort
et donc les groupes de chimpanzés tyranniques sont instables.
C’est une découverte majeure !
Parce que ça permet d’envisager que l’éthique sur laquelle les états fonctionnels sont fondés est bien plus profonde qu’une simple histoire ou une simple logique.
Et c’est une possibilité excitante parce que cela signifie qu’il pourrait y avoir quelque chose à la base de notre éthique
qui est vraiment là
Ce n’est pas juste un récit arbitrairement construit. Ce n’est pas juste une façon parmi tant d’autre de vivre dans ce monde.
Et je voudrais dire quelque chose que j’ai essayé d’esquisser partiellement dans mon livre « twelve rules for life » et plus en détail dans « maps of meaning » et dont on a déjà la preuve
c’est qu’ il y a une éthique convergente
qui émerge de la base vers le haut à travers les époques de notre évolution
à travers des millions d’années, à travers des centaines de milliers d’années, à travers des dizaines de milliers d’années à mesure que les gens apprennent comment se comporter de manière à survivre
en tant qu’individu maintenant et dans une semaine et dans un mois et dans un an
donc ça doit pouvoir se répéter à l’infini.
Pour survivre et permettre à sa famille de survivre.
Pour survivre et permettre à sa famille de survivre et à sa communauté aussi.
Et ce à travers toutes les époques
Tout cela représente un ensemble de contraintes extrêmements exigeantes alors
il y a peut être un très grand nombre de façons d’interpréter le monde comme les postmodernes le disent
mais il n’y a pas un très grand nombre de façons d’exister avec succès dans le monde. En fait, c’est incroyablement limité.
c’est limité par la nécessité que tous jouent volontairement un jeu répétable à l’infini.
et c’est une limite très contraignante comme ceux ici qui sont mariés le savent.
pas vrai ?
Je le pense vraiment et définitivement parce que le mariage est un jeu d’équilibre très intéressant parce qu’
il doit être bon pour vous et il doit être bon pour votre épouse mais il doit être également bon pour le couple
,ce qui est peut être plus important que pour chacun d’entre vous individuellement, et il doit être aussi être bon pour vos enfants
et ça doit fonctionner dans la société
et ça doit être quelque chose que vous pouvez jouer à chaque moment, heure après heure, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois
et vous savez parfaitement que vous ne pouvez pas vous écarter beaucoup de ce chemin droit et étroit si vous voulez jouer ce jeu
parce qu’il y a juste trop de chemin qui mènent à des problèmes et il y a bien plus de façon d’avoir des problèmes que de façons de ne pas en avoir
Voilà c’est le premier point, donc voilà l’idée, imaginez que
Imaginez que l’éthique émerge de la base vers le haut à mesure qu’on apprend à s’organiser dans des sociétés viables de plus en plus complexes
et on ne sait pas ce qu’on fait
ok mais alors ce qui se passe, parce que nous sommes terriblement curieux et que nous avons une conscience de soi, c’est que nous commençons à élaborer des récits sur nos manières d’agir.
et ces récits peuvent prendre deux formes. L’une concerne les structures dans lesquels nous existons
et ce sont des histoires à propos des gens parce que toutes les histoires parlent des gens, n’est ce pas, parce que nous vivons dans un monde social et vous ne verrez jamais un film ou lirez jamais un livre qui ne parle pas de la société
et cela n’a rien d’étonnant parce que la société est notre environnement donc les récits portent sur la société
Comment les sociétés réussissent ou échouent et comment les individus dans ces sociétés réussissent et échouent
parce que ce qu’on essaye de faire, c’est de se voir nous même
et je le répète, à travers des durées gigantesques,
on essaye de voir comment est-ce que nous agissons quand nous agissons correctement et se rendre compte comment le faire en tant qu’individu
Et le premier moyen de le faire, c’est est de l’exprimer dans des récits
c’est à ça que servent les récits et la grande littérature
c’est pour ça qu’il y a des grands méchants et des grands héros
parce que nous voulons savoir comment être un grand héros à moins de vouloir devenir un grand méchant
et si vous voulez devenir un grand héros vous pouvez apprendre à travers les grands méchant, comment il faut ne pas agir.
donc on a des représentations incroyablement sophistiquées qui émergent de ce processus. Elles prennent des formes archétypales
comme par exemple le modèle des frères ennemis qui est présenté dans le christianisme par l’opposition entre le Christ et Satan ou entre Cain et Abel
c’est l’idée du héros qui prospère dans le monde social et qui amène le renouveau dans le cosmos, pour ainsi dire, face à son ennemi mortel
et c’est exactement ce qu’on a besoin de savoir
et encore une fois, ce n’est pas un ensemble de propositions arbitraire, c’est basé sur l’observation des modèles de comportement qui réussissent et qui échouent sur des périodes de temps très très très très longues
donc il y a une base comportementale
et il y la représentation narrative de cette base
et les deux choses commencent à interagir parce qu’une fois que vous disposez du théâtre et de la littérature, vous pouvez en apprendre quelque chose et modifier votre comportement
et votre éthique devient transposable et ce qui arrive ensuite c’est que…
ce qui arrive ensuite c’est que les penseurs qui ont maintenant la couche comportementale et la couche de représentation, devant eux
l’éthique pratique, l’éthique comportementale plus sa représentation narrative, prennent du recul par rapport à ça, spécialement si c’est de l’écrit
c’est pour cela que des ouvrages comme la bible sont si importants parce que les schéma narratifs sont maintenant couchés sur papier,
qu’on peut prendre du recul dessus grâce à notre conscience et qu’on peut commencer à analyser les règles qui y sont contenues.
On peut voir ça apparaître d’une certaine façon dans l’histoire de Moïse, en fait c’est ce qui en mis en avant en autre dans l’histoire de Moïse
parce que Moïse mène son peuple à travers le désert et observe comment ils se déchirent et comment ils se comportent
et tout ça est très dramatique, et soudain il a cette formidable révélation qui est
C’est ainsi que nous agissons déjà
Donc ce qui se passe c’est que les règles sont codifiées sur la base de l’observation des schémas existants qui fonctionnent déjà
et c’est une transformation de la conscience. A ce point vous avez votre éthique ,qui est plus profonde que tout ce que vous pouvez imaginer, qui commence a être formulés dans le corpus juridique
et c’est le point à partir duquel on a de la vrai philosophie à la base de notre corpus juridique. Ça ne s’appelle pas CORPus juridique pour rien.
et donc je me suis dit que « c’est juste incroyable d’avoir observé cela, de penser à ce processus du bas vers le haut
et alors je me mis à lire beaucoup de mythologie religieuse et je suis tombé sur ce modèle qui a été développé précisément par un Roumain
Mircea Eliade qui était un grand spécialiste des religions et qui a écrit un libre vraiment remarquable
qui contient un historique des idées religieuses que je vous recommande vivement
et il y parle de cet intéressant modèle sur lequel je suis tombé dans d’autres textes sur la mythologie et dans des histoires religieuses
qui était la bataille des dieux dans le ciel à travers les époques. Une chose que Eliade a souligné c’est que si vous regardez le développement des systèmes religieux, par exemple le développement des systèmes religieux qui ont dominé la Mésopotamie
Quand ces tribus mésopotamiennes se sont réunies, imaginez que chacune de ces tribus avait son propre dieu, ok
et lorsqu’elle se sont réunies ca a été terriblement violent parce que vous savez ce qui arrive lorsque des peuples avec des différents Dieux se retrouve ensemble, c’est moche, c’est moche
et ce n’est pas étonnant parce que ils ont tous une éthique et ils vivent avec cette éthique qu’ils utilisent pour structurer leurs mondes mais les éthiques entrent en conflits
donc ce qui se passe au niveau civilisationnel c’est qu’il y a sans cesse une négociation et une transformation cognitive
au sein de chaque population mais cela est REPRÉSENTÉ à travers les époques comme une bataille entre les dieux qui représentent les différentes tribus dans le ciel
Et au fil du temps, tous ces dieux s’organisent entre eux dans une hiérarchie où un seul dieu fini au sommet
et ce dieu est le dieu suprême
et alors ces sociétés comme celles de Mésopotamie ou celles de la Grèce antique pensent que leur souverain est la personne qui incarne et se comporte comme le dieu souverain.
Vous pourriez vous demander d’où vient le concept de souveraineté.
Si ce n’est pas juste de la force brute, et ça ne l’est pas parce que la force brute ne fonctionne pas
il doit y avoir une autre origine. Qu’est le fondement de la souveraineté.
Qu’est est le fondement de l’Autorité ? Pas du pouvoir, de l’autorité, de la compétence, de l’autorité
Comment cela se met en place ? Ca se met en place par la bataille entre les systèmes d’éthique qui sont représentés dans un langage religieux et à travers de vastes périodes de temps.
Et ces sociétés… de dieux pourrait-on dire se sont organisées en une hiérarchie avec un seul dieu souverain
et en fait, c’est ce qui est exposé dans le Enuma Elish, par exemple, qui est le plus ancien récit de la création que nous ayons
et qui est dérivé du même, comment je pourrais dire, du même substrat culturel que les histoires dans la Genèse par exemple bien que cela en soit une variante
Les Mésopotamiens avaient leurs différents dieux agrégés en un parce qu’ils étaient menacés par l’inconnu – C’est ce qui est décrit dans le mythe de la création mésopotamien – l’inconnu donne naissance aux dieux.
Ils étaient devenus désunis et commencèrent à rivaliser alors l’inconnu décida de les détruire. Encore une fois comme Dieu qui détruisit le peuple de Noé dans le déluge, c’est la même idée
il y a une idée là dedans et cette idée c’est que
nous émergeons de l’inconnu
et nous somme constamment sous sa menace.
pas seulement en tant qu’individu mais aussi en tant que groupe et cela signifie que nous devons comprendre ce qui devrait nous guider pour continuellement faire face à l’inconnu et l’emporter
Et donc ce qui s’est passé en Mésopotamie, c’est que tous les dieux se sont réunis en assemblée et, pour faire simple, ils ont élu un nouveau dieu
c’est une nouvelle sorte de dieu
son nom est Marduk
il a des yeux tout autour de la tête
donc il est attentif
ce n’est pas la même chose que réfléchir, c’est différent l’attention
c’est la même chose que les Égyptiens représentaient et vénéraient avec l’œil d’Horus, l’idée que ce que vous devriez faire si vous voulez survivre dans ce monde
si vous voulez jouer à un jeu auquel tout le monde peut participer volontairement, alors vos yeux ont intérêt à être bien ouverts parce que c’est ce qui va vous sauver : L’attention.
et l’autre chose que Marduk a fait c’est qu’il a prononcé des mots magiques
quand il a parlé, le ciel de la nuit est apparu, le ciel du jour est apparu
donc les Mésopotamiens avaient compris dans leur grande histoire religieuse que le dieu souverain fondamental était celui qui prêt attention et dit la vérité
Et ça c’est pas rien. Ca c’est pas rien.
Et ce n’est pas quelque chose pour lequel on puni les gens
C’est l’idée la plus profonde que l’humanité ait jamais eue.
Elle est développée en détail dans la genèse de l’ancien testament, c’est l’idée fondamentale de la genèse
selon laquelle Dieu utilise le logos, la parole de dieu, pour concrétiser les possibles
c’est ce à quoi nous devons tous nous confronter, les possibles, pas vrai, vous le savez, vous savez que le futur n’est pas formé.
vous avez un… Vous avez un potentiel en vous qui peut se réaliser et il y a un potentiel qui caractérise le futur
et vous l’embrassez avec les yeux ouverts et avec des paroles de vérité
et c’est ce qui se passe dans la Genèse, où Dieu utilise le logos, c’est à dire la parole de vérité, pour transformer les possibles pré-cosmogoniques en un ordre habitable.
« et Dieu vit que c’était bon ». Il y a un indice là !
Parce que on pourrait se demander « Ouais, est ce que l’ordre habitable est bon? parce que la vie est très difficile ». C’est une vraie question de savoir si l’ordre dans lequel on vit est bon.
Mais la réponse dans l’ancien testament c’est que si se sont des paroles de vérité qui font apparaître l’ordre, alors cet ordre sera bon.
Et ça c’est vraiment quelque chose mec, c’est vraiment quelque chose à comprendre
c’est une présupposition théologique fondamentale
Que la façon de transformer les possibles sur lequel repose le cosmos en un ordre qui permet à chacun de prospérer, c’est en utilisant une parole de vérité.
Ne pensez vous pas que ce serait quelque chose d’important si c’était le cas ? Et le truc, c’est que vous savez que c’est le cas. Vous le savez.
Parce que vous ne vous admirez pas lorsque vous mentez, vous vous admirez dans ces rares moment de votre vie où vous pouvez vous tenir droit et dire la vérité quoi qu’il en coûte.
Et si vous montrez ce même respect envers les autres personnes, si vous les traitez comme s’ils étaient le lieu de la parole divine qui transforme les possibles en un ordre habitable

alors ils vous apprécieront
et peut être même ils vous aimeront, et vous serez amis, et vous pourrez travailler ensemble, et coopérer avec eux et vous mesurer à eux
Donc non seulement c’est l’axiome fondamentale qui régit votre relation à vous même
mais c’est aussi l’axiome fondamental qui régit vos interactions avec les autres parce que si vous ne leur faite pas…
cet honneur de présupposer de leurs droit naturel
parce que l’idée que vous avez un droit naturel est l’idée que vous avez une sorte de valeur intrinsèque
Si vous traitez les gens comme s’ils n’avaient pas cette valeur intrinsèque, ils vont vous en vouloir
Même s’il ne savent pas pourquoi
parce que tout le monde veut être traité comme quelqu’un ayant son libre arbitre, comme quelqu’un qui confronte les possibles et qui est capable de faire des choix moraux. Tout le monde pense qu’il devrait être récompensé lors qu’il fait bien les choses.
Et peut être aussi puni quand il fait mal les choses. C’est ce que tout le monde désire et tout le monde le sait.
Et donc, bon, qu’est ce que tout cela a à voir avec la liberté d’expression ?
Oui exactement « Tout », c’est très juste.
La liberté d’expression ce n’est pas parler librement, vous savez les gens pensent que la liberté d’expression est quelque chose d’accessoire dans la vie. Ce n’est pas ça du tout !
Ce n’est pas la possibilité de dire la vérité au pouvoir en place, bien que ça en face partie.
Ce n’est pas que ça, c’est bien plus que ça.
La liberté d’expression est ce qui nous permet de penser
Ce n’est pas par la réflexion, dans le sens qui est utilisé dans le récit de la Genèse pour, disons, créer le cosmosJ’ai oublié de préciser, c’est parce que nous sommes créés à l’image de Dieu, homme et femme, que nous avons cette valeur fondamentale qui est au cœur cette idée de droit naturel-
Donc on ne pense pas grâce à notre réflexion, mais par la parole
et la raison à cela c’est que, bon premièrement aucun d’entre vous ne peut vraiment penser, c’est vraiment difficile de penser.
vous devez être entraîné comme un malade pour penser.
vous devez être capable de vous diviser intérieurement en plusieurs personnes différentes
avant de laisser ces personnes se livrer une guerre dans votre tête
ça signifie que vous devez développer des personnages qui ont des opinions
très précises et qui peuvent être contraires aux vôtres
et vous devez supporter la tension qu’ils créent en se confrontant
Vous ne pouvez voir cette pensée que dans la grande littérature comme chez Dostoïevski qui est un maître absolu en la matière
vous pouvez penser un petit peu mais généralement, vous êtes partial
et vous avez des biais cognitifs et vous voyez les choses comme vous les voyez avec des lacunes énormes et vous êtes atrocement ignorant
vous… vous ne savez juste pas penser, mais vous savez parler
et c’est ça le truc, si vous parlez, les autres vont vous corriger
C’est ça le truc
Et tout ça, c’est penser
donc si vous vous levez pour dire quelque chose et que vous le formulez bêtement, ce qui se passera forcément, ignorant que vous êtes
les gens vont vous signaler vos erreurs
et de cela vous apprendrez
et ainsi tout le monde peut penser
Ce qui signifie aussi que, pour être libre de parler, même pour dire la vérité, il faut être libre d’être stupide, ignorant, malveillant et acerbe
parce que c’est ce que vous êtes, vous l’êtes parce que vous êtes imparfaits
Alors cette idée qu’on ne peut pas utiliser sa liberté d’expression si c’est offensant, c’est juste… C’est une idée qui est tellement… On ne sait pas si sa naïveté surpasse sa malveillance
C’est une vrai lutte pour savoir lequel des deux est pire que l’autre. Je dirais la malveillance.
Parce que ça attaque quelque chose qui est si fondamental
Parce que bon.. bien sûr ceux qui parlent librement vont être offensants !
je veux dire, est ce que vous avez déjà une sérieuse discussion avec quelqu’un ?
Je parle d’une discussion vraiment sérieuse. Le genre de discussion que vous pourriez avoir avec votre femme pour déterminer si votre mariage va survivre
ou avec vos enfants qui auraient fait quelque chose qui pourrait vraiment nuire à leur futur.
Une discussion des plus sérieuses.
On ne peut même pas commencer à parler sans être offensant.
On ne peut même pas commencer à parler sans s’offenser soi-même dans une telle conversation
vous ne voulez même pas vous avouer à vous-même ce que vous ressentez ou ce que vous pensez. Si vous pensez avoir une discussion difficile sans offenser personne, ça signifie juste vous n’avez pas une conversation difficile.
parce que bon, une conversation facile, par définition
personne ne s’énerve pour ça, il n’y a pas de vrai problème, il n’y a pas de vrai désaccord et il n’y a pas de problème concret à résoudre
C’est juste banal comme une discussion sur le dernier match, c’est sans conséquence.
Si vous devez avoir une discussion sur un sujet vraiment important.
– Et vous savez le monde est fait de ce qui a de l’importance, c’est bien de s’en souvenir —
Si vous devez avoir une discussion sur un sujet important, si vous devez vraiment en parler, tout le monde sera offensé
En particulier s’il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark
et que vous êtes celui qui le fait remarquer.
Donc dites vous que la liberté d’expression ce n’est pas juste de dire ce que vous pensez au pouvoir
C’est votre capacité à tracer votre destinée dans le monde
Et c’est même plus que ça… Même si c’est déjà suffisamment important
parce que vous savez, la vie est dure et si vous ne réfléchissez pas à mesure que vous avancez dans la vie, vous allez avoir des soucis, pas de doute la dessus.
parce que c’est à ça que ça sert de penser : A vous empêcher de subir plus de catastrophes que nécessaire
mais c’est un exercice terriblement difficile alors si ce processus est perturbé, le problème n’est pas de ne plus pouvoir s’exprimer face au pouvoir
C’est que vous ne pouvez pas agir dans le monde d’une manière qui vous permette d’éliminer une souffrance infernale, inutile et sans fin
Et pas seulement pour vous mais pour vous et votre famille et votre communauté
Alors les ennemis de la liberté d’expression sont les ennemis du processus qui transforme les possibles en ordre habitable
ce sont les ennemis du principe divin
Et pire encore, ils sont leur propres ennemis
parce que ce n’est pas : « ouais bon, certains d’entre nous croient en la liberté d’expression et d’autres pas ».
C’est beaucoup plus profond que ça, si vous ne croyez pas en la liberté d’expression, alors vous ne croyez pas en la divinité implicite de l’humanité, vous ne croyez pas en la souveraineté individuelle
vous ne croyez pas à la souveraineté en tant que telle, vous êtes totalitaire
ce qui signifie que vous vous attribuez tous les pouvoirs divins
Et on sait où ça mène, peu importe que ce soit de droite ou de gauche
si on a un peu de bon sens et qu’on regarde l’histoire du 20ème siècle, on sait exactement ou ça nous emmène.
et on peut facilement décider de ne pas y aller
Alors, quand nous voyons quelqu’un comme Raif qui est emprisonné par une dictature répréhensible que nous avons le culot d’appeler notre alliée
ce que nous voyons, c’est un système qui n’est pas seulement inflexible sur la destruction d’un innocent et d’un homme bien
mais directement antithétique à tout ce que nous avons tous, nous et nos sociétés, mis en avant comme nécessaire à l’amélioration continuelle de l’être en lui-même
alors bon…
J’ai été absolument navré par la faible réaction du monde occidental face aux attaques des totalitaires sur notre liberté d’expression
Ce qui s’est passé avec Salman Rushdie fut une très très très très grosse erreur.
Parce que ce n’était pas Rushdie. C’était la tradition de la liberté d’expression artistique en occident
Et par seulement en occident, c’était la tradition de la liberté d’expression artistique sur laquelle le cosmos est correctement établi.
C’est de cela qu’il s’agissait.Et nous nous sommes tous inclinés sans la moindre résistance
C’était une erreur monumentale et nous allons la payer très longtemps
on a fait la même erreur avec les caricatures danoises.
et ne pensez pas que ces choses se passent loin de chez nous
plus rien n’est loin de chez nous
quand cela se passe quelque part, cela se passe ici aussi
et c’est pour ça que nous sommes tous là aujourd’hui parce que nous en avons conscience, du moins à un certain degré.
Et nous devons arrêter d’être si naïfs sur, disons, notre relativisme moral, Il nous faut examiner l’histoire et la biologie dans leurs aspects les plus fondamentaux.
Et il nous faut bien comprendre sur quoi est basée notre culture ainsi que toutes les cultures authentiques d’où quelles viennent
Comprendre que cette base est l’idée que la parole souveraine de l’individu constitue le pouvoir qui permet de transformer les possibles en une existence habitable et de restructurer l’ordre tyrannique lorsqu’il doit être restructuré
Et chacun de nous incarne cette puissance. C’est la divine présence en chacun de nous. Et je suis persuadé qu’il n’y a pas de vérité plus fondamentale que celle là
je ne crois pas qu’on puisse creuser plus profond que ça.
Je pense que c’est la base, que c’est la fondation de notre maison, que c’est la pierre angulaire de notre maison
Et cela nécessite que chacun de nous confronte courageusement la tyrannie qu’il représente et l’inconnu qui l’entoure,
travaille dans son propre intérêt et dans l’intérêt de sa famille et dans l’intérêt de sa communauté
et fasse tout ce qu’il peut pour contribuer positivement au monde et de vivre avec la parole de vérité comme valeur primordiale
C’est ainsi qu’on améliorera le monde
Et on peut l’améliorer et on l’améliore déjà à grande vitesse mais on pourrait le faire bien plus efficacement
Je crois fermement qu’il nous appartient de comprendre le rôle tout à fait fondamental de ces processus.
Je sais que si nous sommes là aujourd’hui c’est parce que nous en avons au moins l’intuition. Nous savons qu’il y a quelque chose de tellement central dans la liberté d’expression que nous ne pouvons pas la laisser se faire attaquer sans réagir, où que cela se produise.
Mais c’est très utile de l’exprimer clairement et de prendre conscience que c’est fondamental. Que ce n’est pas quelque chose d’arbitraire et que ce n’est pas un simple jeu, un simple jeu auquel on ne jouerait qu’en occident. Pas du tout
C’est la vérité la plus fondamentale que l’humanité ait jamais découverte
et nous sommes en train de la perdre pour notre plus grand malheur
Et ce malheur ce n’est pas la mort, c’est pire que ça
parce qu’il y a des choses pires que la mort
Une chose pire que la mort, c’est l’enfer
nous en avons vu de multiples exemples au 20ème siècle
Et, quand nous laissons la liberté d’expression disparaître, c’est vers cela que nous allons
Et à moins de voir y aller, nous devrions cesser de nous y diriger
voilà merci pour votre invitation et bonne nuit

Image