La pauvreté mondiale, l’immigration et des bonbons

La transcription ci dessous :

 

Certaines personnes disent que l’immigration de masse aux USA peut aider à réduire la pauvreté dans le monde.
Est-ce vrai ?
Et bien, non. Je vais vous montrer pourquoi.

Ce bonbon représente le million d’immigrants légaux que les états unis ont accueilli chaque année en moyenne depuis 1990.
Voyons, qui dans le monde mérite notre compassion humanitaire ?
La banque mondiale a un critère d’extrême pauvreté dans le monde: Il faut gagner moins de 2 dollars par jour.
Et combien de gens gagnent moins de deux dollars par jour ?

Commençons par l’Afrique.
Juste en Afrique, il y a 650 millions de personnes qui gagnent moins de deux dollars par jour. Six cent cinquante millions.

Et en Inde ? 890 millions de gens extrêmement pauvres en plus.

En chine ? 480 millions de personnes en plus qui gagnent moins de deux dollars par jour. Et malheureusement, la banque mondiale nous dit qu’il y a encore dans le reste de l’Asie, 810 millions de gens qui gagnent moins de deux dollars par jour.

Et finalement, il y a 105 millions de gens en Amérique Latine qui sont extrêmement pauvres. Il y a donc selon la Banque Mondiale, 3 milliards de personnes dans le monde – 3 milliards de personnes – qui sont extrêmement pauvres en gagnant moins de deux dollars par jour. Ce sont ces trois mille bonbons.

Et chaque année nous en accueillons un million en prétendant que nous aurions fait progresser la situation humanitaire.

Évidemment nos immigrants ne viennent même pas de ces populations extrêmement pauvres. Ces gens sont juste trop pauvres, trop malades, trop loins de tout pour arriver jusqu’ici en tant qu’immigrants. Nos immigrants font partie de la frange la mieux lotie des pauvres de ce monde.

Le Mexique représente bien dans nos esprits les immigrants qu’on accueil ici parce qu’ils sont nombreux à venir du Mexique et parce que le Mexique est pauvre. Combien de gens dans le monde vivent dans des pays dont le revenu moyen est plus bas que celui du Mexique ? La Banque Mondiale nous dit que la réponse c’est ces 3 milliards plus 2.6 milliards de personne supplémentaires. 5.6 milliards de gens dans le monde vivent dans des pays dont le revenu moyen est inférieur à celui du Mexique. Ça fait 5600 bonbons.

Et que nous racontent nos dirigeants ? Ils nous racontent que quand nous accueillons ce million d’immigrants, nous luttons d’une manière ou d’une autre contre la pauvreté dans le monde. Et nous devons le faire sans tenir compte des effets sur nos chômeurs, nos travailleurs précaires et tous les gens les plus vulnérables de notre société. Sans tenir compte des effets sur nos ressources naturelles.

Et même si on suivrait les propositions les plus extrêmes de Washington, à savoir de doubler notre immigration à 2 millions par an,ce qui submergerait complètement nos infrastructures physiques, naturelles et sociales, nous ne pourrions pas changer les choses. Et nous pourrions même nuire à ces peuples pauvres dans le monde parce que le million que nous accueillons sont les personnes parmi les plus énergétiques, souvent les mieux éduquées et certainement les plus insatisfaites. Des personnes qui, si elles n’émigraient pas, pourraient être les moteurs du changement de leurs pays et améliorer le destin de leurs peuples.

Les vrais héros dans la cause humanitaire mondiale sont ces gens qui auraient le moyens d’émigrer mais qui préfèrent rester dans leurs pays pour utiliser leurs talents et aider leurs compatriotes.

Malheureusement notre système d’immigration encourage ces héros potentiels à abandonner leurs concitoyens.

L’impossibilité d’avoir la moindre influence est en fait pire qu’il n’y paraît là. Parce ce que l’année passée, lorsqu’on a accueilli un million d’immigrants, ces pays ont générés, natalité moins mortalité, 80 millions de personnes pauvres en plus.

Et cette année, le congrès fera venir un million d’immigrants légaux. Et cette année, selon les nations unies, ces pays devraient gagner encore 80 millions de personnes supplémentaires.

Et l’année prochaine, vous pouvez être certains que le congrès, à moins que les électeurs ne l’en empêche, fera venir un autre million d’immigrants. Et ces pays, malheureusement, vont encore ajouter 80 millions de gens à leurs populations déjà pauvres.

Nous pouvons en accueillir 5 millions par années mais on n’enrayera pas ce qui se passe dans ces pays. Pas même en cent ans. Voyez, l’immigration ne pourra jamais être un moyen efficace de s’attaquer à la souffrance des gens dans ce monde. Ils doivent être aidés là où ils vivent.

99.9 % de ces gens ne pourront jamais être en mesure d’émigrer dans un pays riche. Ce n’est pas possible. Ils doivent s’épanouir là où ils ont leurs racines. La seule place où 99.9 % de ces gens peuvent être aidés est là où ils vivent.

Aidons les là bas.

Vidéo